LE FORUM DES AMIS

Forum ou l'on peut s'exprimer en toute liberté dès lors que l'on ne se prend pas la tête
 
AccueilAccueil  Portail*Portail*  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Barcelone et ses environs (27 avril-4 mai)

Aller en bas 
AuteurMessage
Tatie
Bavarde hors norme
Bavarde hors norme
avatar

Féminin
Verseau Singe
Nombre de messages : 25798
Age : 62
Localisation : Au château
Emploi/loisirs : Bientôt la retraite..... Dingue de cinoche, déco...
Humeur : Hi hi hi ha ha ha !!!!

MessageSujet: Barcelone et ses environs (27 avril-4 mai)   Sam 25 Mai - 17:11:14

La gare

Comme on ne dormait pas sur place, tous les matins on débarquait là... Une pensé émue pour Jack et Sergio....


La gare de Barcelone-França (Gare de France en français et Estació de França en catalan) est la 2ème gare de la ville en termes de voyageurs, la gare principale est la gare de Sants.
La gare de França a été construite au XIXe siècle afin de devenir le principal terminus des trains en provenance de France (comme son nom l'indique), mais aussi pour les services du nord-est de la Catalogne et de la Costa Brava
Reconstruite et rouverte pour l'Exposition internationale de 1929, les deux bâtiments monumentaux qui composent la gare ont été conçus par l'architecte Pedro Muguruza et inaugurés par le roi Alfonso XIII. Ils entourent les voies ferrées en forme de « U ». Dans l'ensemble, la gare fait 29 m de haut et 195 m de long. Elle a été fermée pour rénovation à partir entre 1988 et 1992, puis rouverte à temps pour les Jeux olympiques de 1992.
Cette gare est généralement considérée comme la plus belle de la ville. Elle montre un mélange de styles classiques et plus modernes : décorations en marbre, bronze et cristal, sculptures moderniste et motifs art déco. Depuis 1970, cette gare est en déclin face au développement de la gare souterraine de Sants. La gare de França est la dernière gare en surface de Barcelone.



Comme à Grand central station à New-York, j'ai réservé un guichet pour la Chef





Nous v'là partis sur l'avenue qui mène de la gare au port...



Ca commence bien !!!

Pffffouou, ces fonctionnaires toujours à manifester !!! Et voui, je vous rassure, y'a pas qu'en France qu'ils se battent pour l'amélioration du service public, des soins, de l'éducation...
Z'étaient tous là... Santé, justice, éducation, culture...



Mais Kaloche veille dans sa guérite et aucun incident n'a été à déplorer...



Alors, on continue...


Le titre de Duc de Medinaceli est l’un des plus importants d’Espagne. L'actuelle duchesse de Medinaceli est la dix-huitième en titre, Victoria Eugenia Fernández de Córdoba y Fernández de Henestrosa.
Son origine remonte aux infants de la Cerda, qui étaient les enfants du fils aîné de Alphonse X le Sage et qui mourut avant son père. Le fils cadet du roi, Sanche IV usurpa le trône et de sa lignée est issue la famille royale espagnole. Cette question dynastique généra un conflit qui ne fut résolu qu'au XIVe siècle après les guerres de succession, époque à laquelle fut donné aux descendants par les femmes (Isabel de la Cerda, épouse de Bernal de Bearne) le titre de comtes de Medinaceli, titre qu'au XVe siècle, les Rois catholiques convertirent en Duc.
Les ducs de Medinaceli possédaient un privilège unique par lequel aucun autre duc ne pouvait faire face aux leurs. Ceci est la raison pour laquelle, à Madrid, le palais des ducs de Villahermosa avait sa façade orientée vers la calle Zorrilla et non pas vers la Carrera de San Jerónimo où résidait la famille Medinaceli jusqu'en 1910,


Le port de plaisance



Le Cricri Colomb qui s'la pête sur sa colonne.

Colonne commémorative de Barcelone conçue par l'architecte Gaietà Buigas, élevée en 1888 en l’honneur du célèbre navigateur.
Érigée sur le port de la ville à l’occasion de l’exposition universelle, d’une hauteur de soixante mètres, le monument constitué d’un socle de pierre et d’une colonne de fer, est surmonté d’une sculpture de Rafael Atché représentant l’explorateur, le bras droit tendu vers la mer.
La base de la colonne est constituée de quatre niveaux d’escalier ornés de six lions et surmontés de huit bas-reliefs de bronze, ainsi que de sculptures illustrant la vie de Christophe Colomb.
À l’intérieur du monument se trouve un ascenseur qui permet d'accéder au mirador, situé sous la statue, d'où l'on jouit d'une vue panoramique sur le port et sur La Rambla. L'ascenseur et le mirador étant très étroits, la colonne Christophe Colomb ne peut accueillir pas plus d'une quinzaine de personnes dans une durée limitée.
Sa construction a fait l'objet d'une polémique, la souscription populaire ouverte pour son financement s'étant révélée largement insuffisante, dut être compensée par la ville, ce qui fut critiqué. La colonne est aujourd'hui l'un des monuments emblématiques de la ville.



L'aquarium

On plonge dans les fonds marins où on découvre un monde tout aussi fascinant que méconnu. Un monde magique et mystérieux.
Un spectacle vivant, changeant avec 11.000 exemplaires d’environ 450 espèces différentes offert dans les aquariums méditerranéens et tropicaux ainsi que dans les expositions permanentes Planeta Aqua et Explora !



J'y ai embrassé une grenouille



J'ai trouvé un...... prince "charmant"



On continue sur :
La montagne de Montjuïc

La montagne de Montjuïc (quelquefois écrit Montjuich, selon l'orthographe catalane antérieure à la normative de Pompeu Fabra) est un promontoire situé au sud-ouest de la ville de Barcelone qui surplombe le port et la vieille ville. Le nom signifie Colline des Juifs en catalan médiéval ; il s'agit peut-être d'une corruption du latin Mons Jovicus (Colline de Jupiter).
De nombreux édifices y furent construits pour les Jeux olympiques de 1992, notamment le Stade olympique Lluís-Companys.
Montjuïc abrite le jardin botanique de Barcelone, le musée de l'olympisme et de sports et la fondation Miró.
La montagne date du Paléogène et son altitude au sommet est de 184,8 mètres
Le château de Montjuïc, qui a été construit en haut de la colline, abrite un musée militaire. Il servit de forteresse et également de prison
On accède au sommet par un funiculaire (comme à Lyon et Montmartre)


Le Stade olympique Lluís-Companys

Estadi Olímpic Lluís Companys en catalan et Estadio Olímpico Lluís Compays en espagnol (connu populairement, pour sa localisation, comme Stade de Montjuïc) est un stade olympique de 55 121 places
Construit à l'origine à l'occasion de l'exposition universelle de 1929 de Barcelone, il fut entièrement reconstruit et agrandi en 1989 à l'occasion des Jeux olympiques d'été de Barcelone de 1992.





La flamme olympique

La vasque olympique est allumée par une flèche embrasée tirée par l’archer paralympique espagnol Antonio Rebollo.



Le musée Miro



La fondation Joan-Miró, initialement baptisé Centre d'études d'art contemporain de Barcelone, est une institution privée qui a pour principale activité la conservation et l'exposition d'œuvres de Joan Miró. Ce projet a auparavant longuement été étudié par l'artiste et ses proches, notamment Joan Prats, qui meurt en 1970, et dont la première salle d'exposition porte le nom. Cette institution déploie également ses activités sur la scène de l'art contemporain, tant en arts plastiques qu'en musique ou en arts vivants. Elle est construite en 1975 sous la direction de Josep Lluís Sert, ami de Joan Miró, pour lequel il construit son atelier en 1956. Le site abritant la fondation, donné par la ville de Barcelone, est situé à Montjuïc.
L'un des objectifs principaux de cette institution est de conserver et diffuser les œuvres de son fondateur. La plus grande partie de la collection du musée a d'ailleurs été donnée directement par Joan Miró. À cette collection s'ajoutent les œuvres d'autres artistes (Alexander Calder, Rothko, Marcel Duchamp, Antonio Saura, Fernand Léger, André Masson, Yves Tanguy, Henri Goetz, Max Ernst, Balthus...), acquises par don elles aussi. Bien qu'elle soit privée, la fondation Miro reçoit continuellement l'aide de la ville et de la région.

Là aussi me suis trouvée un prince "charmant" ange



Et Kali une tite copine.... (pffff !!! Obsédé !!!)





Joan Miró (Joan Miró i Ferrà en catalan, 20 avril 1893, Barcelone—25 décembre 1983, Palma de Majorque — Espagne) est un peintre, sculpteur, graveur et céramiste. De nationalité espagnole, Joan Miró se définit comme catalan international. C'est l'un des principaux représentants du mouvement surréaliste. J'ai toujours adoré ce qu'il faisait... C'est un de mes peintre et sculpteur préféré... Avec Dali, Klimt, Kadinsky, Andy Warhol (me suis régalée l'an dernier au Moma de New-York) mais aussi Cézanne, Renoir, Arcimboldo


On redescend la colline par :
Les jardins de Laribal



Ces jardins ont été dessinés par l'architecte paysagiste français Forestier autour des années 1920



Tout en bas :
Le site de l'Exposition Universelle de 1888

L‘Exposition Universelle de 1888 se déroule dans la ville de Barcelone du 8 avril 1888 au 9 décembre 1888 et accueille 400 000 visiteurs.
L'idée initiale d'organiser une exposition universelle à Barcelone revient à l'industriel Eugenio Serrano. Cependant, devant l'impossibilité de celui-ci de mener seul cette entreprise, il se rallie au projet du maire de Barcelone Francesc Rius i Taulet qui s'entoure d'industriels de la ville pour former le « comité des huit » : Elies Rogent i Amat – maitre d'œuvres -, Lluís Rouvière, Manuel Girona i Agrafel – homme politique et banquier qui finance une partie des travaux - , Manuel Duran i Bas, Josep Ferrer i Vidal, Claudi López Bru (Marquès de Comillas) et Carles Pirozzini. L'objectif de ce groupe est de financer et d’organiser une Exposition.
Le quart de cette superficie est dédié à des édifices créés par les architectes les plus prestigieux du moment, et où se déroulent les expositions. Le plus important des bâtiments est le palais de l'industrie de 70 000 m2. Trois édifices militaires de la ciutadella sont conservés : le palais du gouverneur, l'arsenal et la chapelle. Les trois édifices sont toujours utilisés. Après diverses adaptations, l'arsenal accueille le parlement de Catalogne.

Palais national & Musée d´art de catalogne
Il fut construit lors de l´exposition de 1929 par les architectes Enric Català i Català y Pedro Cendoya Oscoz.
C´est en 1934 que le Palais national est transformé en Musée d´Art de Catalogne.



Les Quatre Colonnes
Les colonnes, symbolisant les quatre bandes du drapeau catalan, ont été démolies en 1928 et ré-érigées en 2010
Construites en 1919 à l’emplacement de l’actuelle Fontaine magique, ces colonnes à chapiteaux ioniques au nombre de quatre pour symboliser les barres du drapeau catalan s’inscrivaient dans un projet d’exposition destiné à promouvoir le dynamisme économique de la Catalogne mais qui, jugé trop nationaliste par le pouvoir central de Primo de Rivera, fut abandonné et remplacé par celui de l’Exposition Universelle.
Aussi, tandis qu’elles devaient être surmontées de statues ailées commémorant des victoires militaires, ces colonnes de brique hautes de 20 mètres pour un diamètre de 2,5 mètres furent démolies en 1928, afin qu’elles ne puissent pas constituer un moyen de promouvoir la langue et la culture catalanes.
Répliques en pierre artificielle situées à proximité de l’emplacement originel, les colonnes actuelles ont été inaugurées en 2011.





Plusieurs bâtiments de l’Exposition universelle sont encore debout tels que Le Castell dels Tres Dragons, dessiné par Domènech i Montaner alliant une inspiration médiévale à une tradition mauresque.



A l’intérieur du parc, se trouve d’autres vestiges de cette Exposition, comme les élégantes serres Umbracle et Hivernacle.



Dénué d’une quelconque utilité commerciale, le pavillon imaginé et construit par Ludwig Mies van der Rohe pour le compte de la jeune République de Weimar est une structure de taille réduite aux formes simples installée sur une parcelle tranquille qui s’est imposée comme une référence incontournable de l’architecture moderne, en permettant à l’architecte d’expérimenter sans contrainte des concepts novateurs.
Démantelée à la fin de l’Exposition, cette réalisation luxueuse a été reconstruite à l’identique sur son emplacement d’origine entre 1983 et 1986.



Le Pueblo español
Situé à l’ouest du Palacio Nacional, dans un périmètre qui inclut également divers parcs publics et un petit étang, le Pueblo español (Poble espanyol) consiste en un musée architectural à l’air libre construit entre 1928 et 1929 qui regroupe sur une surface de 49 000 m² les reproductions fidèles de 117 bâtiments caractéristiques des différentes régions espagnoles.
Imaginé par Josep Puig i Cadafalch et réalisé par Francesc Folguera et Ramon Reventós, ce projet qui devait initialement s’appeler Iberona en référence aux anciens habitants de la Catalogne a été renommé par Primo de Rivera dans une volonté d’exclure toute trace de nationalisme catalan.
Promis à la démolition dès la fin de l’Exposition, ce village idéalisé a pu contre toute attente être conservé jusqu’à aujourd’hui, grâce à l’engouement qu’il est parvenu à susciter chez le public depuis son ouverture.
Devenu un pôle touristique incontournable, il abrite actuellement de nombreux artisans, des restaurants traditionnels, des boutiques, des discothèques, un campus consacré aux arts plastiques et scéniques ainsi que la Fondation Fran Daurel qui y expose des œuvres d’art contemporain.



Et tout en bas du parc de l'Exposition:
Les arènes plaça Espanya

Ont donné leur dernier spectacle taurin le 9 juin 1977
Le nouveau centre commercial a été construit dans les anciennes arènes de Barcelone.
La ville de Barcelone s'est déclarée opposée à la corrida et les courses de taureaux ont été interdites en Catalogne en 2010, ce qui a donné lieu à un virulent débat public, soulignant les différences entre l'Andalousie et la Castille, où se trouvent les ganaderías les plus vastes. Toutefois l'autonomie de la Catalogne sur le point des corridas vient d'être annulée puisque la corrida est placée sous la tutelle du ministère de la culture en Espagne. Le vote catalan sera sans doute révisé à la suite d'un décision gouvernementale, la corrida ayant été déclarée par le parlement espagnol Bien d'intérêt culturel le 12 février 2013 par 180 voix pour, 40 contre et 107 abstentions.



Le parc Guël
Le parc Güell est l'une des réalisations de l'architecte catalan Antoni Gaudí à Barcelone qui figure sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Il fut édifié entre 1900 et 1914. Les architectes José Antonio Martínez Lapeña et Elías Torres l'ont restauré de 1984 à 1993. Cette restauration a donné lieu à des polémiques notamment concernant l'habillage en céramique du banc de forme ondulée de la terrasse du Parc Güell.
Ce devait être à l'origine une cité-jardin que son mécène, Eusebi Güell, lui avait demandé d'édifier sur une colline du Sud de la ville (El Carmel). Conçue sur le modèle anglais (son nom initial était Park Güell et non Parque Güell), elle devait comporter une chapelle et en tout 60 maisons. Mais le coût de construction augmenta dans de telles proportions que seules furent achevées trois maisons et le parc de Antoni guell. Ce dernier devint propriété de la ville de Barcelone en 1923. Le parc Güell est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco en 1984 pour sa contribution au développement de l'architecture et des techniques de constructions à la fin du XIXe siècle et au début de XXe siècle.
Gaudí s'est efforcé de conserver le relief naturel et, laissant libre cours à son imagination, a produit une œuvre originale tout en courbes qui s'intègre à la nature et la reproduit, les colonnes des allées simulant par exemple des troncs d'arbres. Le parc Güell est avant tout un jardin, seules quelques constructions à l'intérieur du parc y ont été achevées comme par exemple les deux maisons en forme de champignon encadrant l'entrée. Une fois le portail passé, le visiteur se trouve devant des escaliers avec des îlots-fontaine au centre, en particulier l'emblématique fontaine en forme de salamandre. En haut de ces escaliers on accède à la Salle Hypostyle aux cent colonnes, qui n'en compte en fait que 84. Les colonnes du parc sont construites de telle sorte que l'eau s'écoule autour d'elles et soit récupérée dans des réservoirs pour permettre l'arrosage gratuit et écologique des jardins ainsi que l'alimentation des fontaines. En longeant la salle, le visiteur arrive sur la place centrale avec le plus long banc ondulé du monde. Ce banc est remarquable: assis dans une boucle, on est à la fois dans un espace intime et ouvert sur les voisins et sur la place, lieu de rencontres très apprécié.
Au centre du parc se trouve une salamandre multicolore faite de mosaïque. La place initialement prévue pour un marché qui n'a jamais été établi attire de nombreux marchands à la sauvette.
Le trencadis -une technique de mosaïque utilisant des morceaux cassés et dépareillés de faïence ou de verre de couleur - est abondamment utilisée sur les bâtiments, les fontaines, le banc principal et d'autres constructions du parc.
Les monuments du calvaire imitant un talayot ont été construits sur l'emplacement prévu pour la chapelle. Le Calvaire qui est le plus haut point de la colline se compose de trois croix dont la plus grande représentant Jésus. Elles sont disposées en direction des points cardinaux.
Gaudí a construit une série de viaducs à marcher dans le parc qui sont également assez larges pour le passage des voitures.
La maison-musée de Gaudí, dans le parc Güell a été construite par Francesc Berenguer, un collaborateur de Gaudí. Gaudí y vécut ses dernières années. Ce musée comprend une importante collection d’œuvres de Gaudí et de certains de ses employés. Ce musée est réparti sur trois étages dont deux consacrés à Gaudí. Au rez-de-chaussée se trouvent une exposition de meubles conçus par Gaudí pour les maisons Batlló et Calvet et au premier étage le bureau et la chambre de l'artiste.





La Sagrada Familia
Une pure merveille !!!
La Sagrada Família, Temple Expiatori de la Sagrada Família de son nom complet en catalan, ou Templo Expiatorio de la Sagrada Familia en espagnol (en français : « temple expiatoire de la Sainte Famille »), est une basilique mineure catholique de Barcelone érigée à partir de 1882.
C’est l’un des exemples les plus connus du modernisme catalan et un monument emblématique de la ville. Œuvre inachevée de l’architecte catalan Antoni Gaudí, la Sagrada Família est située dans le quartier du même nom (district de l’Eixample). L’architecte a conçu une minutieuse symbologie qui fait de cet édifice un poème mystique. Il a également fait preuve de grandes audaces de construction formelle, telles la manière de concevoir la structure d’arc parabolique ou la combinaison des traitements sculpturaux naturalistes et de l’abstraction des tours. Selon les données de l’année 2004, la Sagrada Família est le monument le plus visité d’Espagne, dépassant l’Alhambra de Grenade et le musée du Prado à Madrid : en 2008, elle a en effet attiré plus de 2,7 millions de visiteurs. L’œuvre réalisée du vivant d’Antoni Gaudí, la crypte et la façade de la Nativité, a été déclarée patrimoine de l’humanité par l’Unesco en 2005.
Puisqu'il s'agit d’un temple expiatoire, les travaux sont exclusivement financés grâce à l’aumône. En conséquence, il n’a pas été possible de construire simultanément les différentes parties du monument lorsqu’il l’eut fallu, mais depuis les années 1990, l’affluence de visiteurs et le renom mondial de l’œuvre ont fait évoluer la situation économique.
Le 31 décembre 1881, Josep Maria Bocabella mandaté par « l’association des dévots de Saint-Joseph » acquiert avec de l’argent collecté par l’aumône l’îlot de maisons compris entre les rues Mallorca, Marina, Provença, et Sardenya pour 172 000 pesetas. L’objectif est d’y élever une église dédiée à la Sainte Famille (saint Joseph, la vierge Marie et Jésus). En plus de l’église, le projet prévoit la construction d’écoles. Le premier architecte nommé est Francesc de Paula Villar i Lozano. Il élabore un projet d’église de style néo-gothique comprenant une nef de trois vaisseaux fermée par un chœur à déambulatoire. Le jour de la Saint-Joseph de 1882, l’évêque José Maria de Urquinaona y Vidot en pose la première pierre en accord avec la proclamation du concile Vatican I qui fait de saint Joseph le patron de l’Église universelle.
L’idée de Bocabella est de faire de l’édifice une réplique du sanctuaire de Lorette que l’on suppose être la maison de Joseph et de Marie à Nazareth. Francesc de Paula del Villar refuse cette approche. Les désaccords se multiplient entre lui, Bocabella et son assesseur, l’architecte Joan Martorell Montells. Ce dernier recommande en 1883 son ancien apprenti Gaudí, porteur d’un projet plus ambitieux
Le projet présenté par Gaudí, alors âgé de 31 ans, constitue un changement total par rapport à celui de Villar. Il prévoit la construction d’un temple à l’architecture issue de son imagination personnelle, de tendance naturaliste-moderniste. Ce nouveau projet augmente sensiblement les dimensions de l’église et prévoit une grande tour centrale de 170 mètres de haut dédiée à Jésus-Christ. Les références mystico-religieuses ont une grande importance dans l’œuvre de Gaudí, tant du point de vue strictement iconographique que du point de vue symbolique.
Le nouvel architecte va dédier le reste de sa vie à cette œuvre, acceptée avec un grand enthousiasme par le promoteur. Il consacra ses quinze dernières années exclusivement à la réalisation de la Sagrada Família.
En décembre 1884, Gaudí signa le projet dans la chapelle Saint-Joseph, dans l’abside de la crypte. La crypte fut inaugurée le 19 mars 1885. Cette année-là une équipe comprenant huit manœuvres, dix tailleurs de pierres, douze sculpteurs et un nombre indéterminé de charpentiers et de serruriers travailla au chantier.
En 1891 les travaux de la façade de la Nativité commencèrent.
Gaudí comprit qu’il ne verrait jamais son œuvre achevée et qu’à sa mort, le projet risquait d’être amputé par manque de financements ou d’intérêts. Il pensait que s’il construisait d’abord la nef centrale pour ensuite l’agrandir progressivement avec l’érection des tours, de l’abside, et de ses façades, le projet pourrait être modifié et le chantier s’arrêter dès que l’église pourrait remplir sa fonction de lieu de culte. Pour cette raison, il décida d’élever au maximum de leurs hauteurs des parties significatives mais peu fonctionnelles et extérieures au temple. De cette manière, il rendit impossible la modification de la hauteur prévue : les parties construites ne trouveront leur utilité que lorsque le temple sera intégralement terminé, et, chose plus importante encore, il laissa une marque importante de son style architectural très personnel, ce qui servit de guide à sa mort pour la poursuite du chantier. Gaudí ne vit construites que la façade de la Nativité, la tour Saint-Barnabé et une partie du côté extérieur du mur de l’abside.
En 1906, une fois les travaux de la « casa Milà » achevés, Gaudí se concentra presque exclusivement au projet de la Sagrada Família, en concevant les plans du temple et en en dirigeant la construction. Ce chantier occupa toute sa carrière durant un quart de siècle. Il mourut à cette tâche alors même que l’église était à peine commencée.
Renversé par un tramway, Antoni Gaudí décéda le 10 juin 1926. Il est enterré dans la crypte, dans la chapelle dédiée à la Mère de Dieu des Carmes le 12 juin 1926.
De 1926 à 1936, l’assistant de Gaudí, Domènec Sugrañes acheva les travaux des trois tours qui restaient à finaliser pour terminer l’ensemble de la façade de la Nativité.
Durant la guerre civile espagnole, la majeure partie de l’atelier de Gaudí fut incendiée. En raison de la destruction des ébauches, des maquettes, des modèles du temple et d’informations sur la manière de travailler tout à fait particulière de Gaudí, il ne restait aucun plan directeur indiquant comment terminer l’ouvrage. Aussi, quand en 1944, on reprit la construction de la Sagrada Família, il fallut définir dans un premier temps comment procéder pour la poursuite du chantier, tout en restant le plus fidèle possible aux idées de Gaudí. Les architectes Francesc Quintana, Isidre Puig i Boada et Lluís Bonet i Garí s’acquittèrent de cette tâche difficile et Jaume Busquets réalisa ce travail pour les sculptures.
L’association des dévots de Saint-Joseph vota la construction de la façade de la Passion en 1953. Les travaux de fondation commencèrent l’année suivante les tours furent achevées et inaugurées pour le cinquantième anniversaire de la mort de Gaudí en 1976. La construction de la crypte s’acheva en 1958 et le musée ouvrit en 1961.
Josep Maria Subirachs commença en 1986 le statuaire de la façade de la Passion. L’installation des premières statues en 1990 provoqua de nombreuses polémiques en raison de leurs styles contemporains et arides, très différent de celui que Gaudí appliqua à sa façade de la Nativité. Les travaux des voûtes des nefs commencèrent en 1995 par les collatéraux suivis en 2000 par la nef centrale. La couverture du temple a été complétée en 2008
Depuis 1987, les travaux sont sous la direction de Jordi Bonet i Armengol. Les faiblesses dans les matériaux utilisés pour la crypte obligent à procéder à des renforcements. Ceux-ci se terminent en 2002. Cette même année voit le début des travaux de la façade de la Gloire. Trois ans après, en 2005, la partie construite sous la direction de Gaudí (la crypte et la façade de la Nativité) est classée au patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco.
Le 18 mars 2007, la commémoration des 125 ans de la première pierre du temple a donné lieu à une cérémonie et à une fête. La Sagrada Familia est couverte en 2008 et est ouverte au culte conformément au souhait de Joan Rigol. En 2009, les premières structures de la tour de la Vierge apparaissent. L’église est consacrée par le pape Benoît XVI le 7 novembre 2010.

D’après des estimations basées sur les avancées des techniques modernes et la croissance des dons, la construction devrait s’achever en 2026 soit 144 ans de travaux pour le centenaire de la mort de Gaudi.



L'atelier de restauration des maquettes



Dernière édition par Tatie le Mar 28 Mai - 20:23:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Marie
Bavarde hors norme
Bavarde hors norme
avatar

Féminin
Lion Cheval
Nombre de messages : 24515
Age : 63
Localisation : Dans la campagne du Sud-Ouest
Emploi/loisirs : Maman et Mamie
Humeur : très souvent d'humeur égale

MessageSujet: Re: Barcelone et ses environs (27 avril-4 mai)   Sam 25 Mai - 17:56:53

merci pour le reportage et les jolies photos !
Revenir en haut Aller en bas
Mim
Bavarde de haut niveau
Bavarde de haut niveau
avatar

Féminin
Verseau Cochon
Nombre de messages : 11333
Age : 71
Localisation : Saint-Blaise/ Suisse

MessageSujet: Re: Barcelone et ses environs (27 avril-4 mai)   Sam 25 Mai - 20:21:02

Merci Tatie, tes photos et tes explications sont 004 je ne connais pas du tout Barcelone.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3648
Localisation : Nièvre
Emploi/loisirs : Agent SNCF - Admin du forum
Humeur : Ca dépend des membres de ce forum .......

MessageSujet: Re: Barcelone et ses environs (27 avril-4 mai)   Sam 25 Mai - 20:29:55

Jolie gare

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://leforumdesamis.forumdediscussions.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Barcelone et ses environs (27 avril-4 mai)   Sam 25 Mai - 20:32:40

Daniel s'est régalé avec la gare et moi avec le reste!!
Revenir en haut Aller en bas
Zezette
Expert en bavardage
Expert en bavardage
avatar

Féminin
Balance Cochon
Nombre de messages : 9884
Age : 46
Localisation : vienne
Emploi/loisirs : ide
Humeur : Ca dépend du premier pied qui touche le sol^^

MessageSujet: Re: Barcelone et ses environs (27 avril-4 mai)   Sam 25 Mai - 22:34:36

Merci Tatie! je ne connaissais pas non plus!
Revenir en haut Aller en bas
Amelpa
Bavarde hors norme
Bavarde hors norme
avatar

Féminin
Cancer Chat
Nombre de messages : 35265
Age : 54
Localisation : quelque part en France

MessageSujet: Re: Barcelone et ses environs (27 avril-4 mai)   Dim 26 Mai - 10:42:49

004 reportage Tatie et belle balade ! Merci

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Barcelone et ses environs (27 avril-4 mai)   Dim 26 Mai - 16:58:40

Super reportage Tatoche, comme d'habitude,

Vous avez du vous régaler

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Barcelone et ses environs (27 avril-4 mai)   Mer 29 Mai - 18:15:07

waouhhhhhhhhhhhhh je vous envie de pouvoir marcher comme vous avez du le faire, moi c'est impossible, encore merci de la visite
Revenir en haut Aller en bas
lili10150
Bavarde hors norme
Bavarde hors norme
avatar

Féminin
Sagittaire Buffle
Nombre de messages : 18095
Age : 68
Localisation : Troyes
Emploi/loisirs : petits plats et dénicher les bonnes affaires- les trucs et astuces
Humeur : Rire de mes petits malheurs et bobos quotidens

MessageSujet: Re: Barcelone et ses environs (27 avril-4 mai)   Ven 31 Mai - 11:49:31

Je ne connait pas Barcelone. J' ai juste atterri à l' aéroport pour aller à Salou.

Merci pour ton joli reportage, c'est superbe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Barcelone et ses environs (27 avril-4 mai)   Ven 31 Mai - 13:09:12

hum,les oeuvres du Gaudi me laissent un goût de "d'être torturé par la vie".Ce n'est certes pas le style renaissance italienne...

Mais j'aime bien ce voyage en Espagne avec tes commentaires très intéressants.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Barcelone et ses environs (27 avril-4 mai)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Barcelone et ses environs (27 avril-4 mai)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES AMIS :: LE CAFE DU FORUM :: Tourisme-
Sauter vers: